LES-DINOSAURES.FR

Menu

Dinosaures

Animaux Préhistoriques

Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Archaeopteryx

Archaeopteryx

Archaeopteryx est un animal de la période du Jurassique supérieur qui ressemblait beaucoup aux autres dinosaures à plumes de l’ère du Mésozoique. C’était un petit dino-oiseaux bipède qui avait les dents pointues et qui se nourrissait d’insectes et de petits lézards. Il est la forme transitionnelle la plus célèbre de l’histoire fossiles entre les dinosaures et les oiseaux et à susciter un grand intérêt auprès de plusieurs générations de paléontologues qui continuent d’étudier ses nombreux spécimens fossiles très bien conservés afin d’en déduire ses caractéristiques principales: son apparence, son mode de vie et son métabolisme.

À mi-chemin entre un oiseau et un dinosaure

Archaeopteryx à acquis au fil des années la réputation d’être le premier vrai oiseau malgré qu’il arborait une variété de traits qui sont exclusif aux reptiles et qui projètent donc une ombre de doute quant à son lien ancestral avec les oiseaux vivants aujourd’hui. Tout comme les dinosaures théropodes de l’époque, Archaeopteryx avait une longue queue osseuse ; une caractéristique que l’on ne retrouve ni chez les oiseaux préhistoriques, ni chez les oiseaux modernes. De plus, les dents de cette créature était pointues et ressemblaient beaucoup à ceux d’autres petits dinosaures carnivores. Des études récentes ont aussi démontrées que les plumes et les ailes (dont 3 griffes saillisaient à partir du milieu) d’Archaeopteryx ne lui permettaient sans doute pas de battre activement des ailes afin de s’envoler ; il devait plutôt mener un style de vie arboricole et planer sur de courtes distances pour se déplacer d’arbres en arbres ou même de branches en branches, effectuant occasionnellement de petits battements afin de se propulser ou de maintenir le cap. Cette dernière caractéristique ne fait toutefois pas vraiment de différence au niveau de la classification de ce dino-oiseau puisque nombreux sont les oiseaux modernes qui sont incapable de voler: les autruches, les manchots et les poulets ne peuvent également pas prendre les airs.

Caractéristiques d'oiseau

Reconstruction de Archaeopteryx
Archaeopteryx - Reconstruction du Musée d'Histoire Naturelle de Londres

Pareillement, Archaeopteryx avait des attributs qui lui donnait l’aspect d’un oiseau. Par exemple, son corps était complètement recouvert de plumes dont la structure était très similaires (sinon identique) à celles des oiseaux modernes. Les individus adultes de ce dino-oiseaux faisaient environ la même grosseur qu’un pigeon actuel bien nourrit – 1 ou 2 livres tout au plus – beaucoup plus petit que la taille moyenne des dinosaures carnivores. Comme les oiseaux contemporains mais possiblement le résultat de la convergence de l’évolution, la tête et le bec d’Archaeopteryx étaient longs, étroits et fuselés. À la différence des oiseaux cependant, les nouveaux-née du dino-oiseau prenaient 3 ans pour atteindre la maturité ; ce lapse de temps représente une éternité dans le royaume aviaire. Cela implique que le métabolisme de cet animal n’était pas à sang chaud “classique” ce qui est somme toute curieux puisque les dinosaures carnivores l’étaient certainement et les oiseaux modernes aussi.

Dino-oiseau

Pour toutes ces raisons mentionner, il est tout aussi juste de classifier Archaeopteryx comme étant un dinosaure qu’il l’est de le ranger avec les oiseaux. C’est un débat très pointilleux et la grande majorité des gens préfèrent simplement dire qu’il était un dino-oiseau, une forme transitionnelle entre les deux.

Les premières découvertes d’Archaeopteryx

Plume fossilisé de Archaeopteryx
Plume fossile découverte en 1861

La véritable histoire d’Archaeopteryx débute en 1861 lorsque le paléontologue allemand Christian Erick Hermann von Meyer découvre dans les dépôts calcaires de Solnhofen – une ville du sud de l’Allemagne dans la région de Bavière – une unique plume fossilisée. Peu de temps après la découverte initiale de von Meyer, des fossiles beaucoup plus complet ont commencer à surgir des formations datant du Jurassique supérieur de Solnhofen.

Une nouvelle espèce

Ainsi, en 1861, un chercheur de fossile anonyme à déterrer un spécimen presque complet à 100% d’Archaeopteryx. Il a ensuite échanger celui-ci contre des soins médicales à un médecin local qui a par la suite vendu les ossements au Muséum d’histoire Naturelle de Londres pour la coquette somme de 700 livres (une quantité d’argent faramineuse au milieu du 19ieme siècle). Deux ans plus tard, le plus célèbre naturaliste de l’époque, Richard Owen, a nommé la nouvelle espèce de dinosaure Archaeopteryx lithographica et a associé la plume de von Meyer à ce genre.

Le troisième spécimen à subi un sort similaire: un fermier allemand a dénicher des os au milieu des années 1870 et les a vendu à un aubergiste afin de pouvoir faire l’acquisition d’une vache. Le fossile a ensuite changer quelques fois de propriétaire avant d’être racheter par un musée allemand pour 20 000 marques d’or, une somme encore plus colossale que ce qu’avait toucher initialement le médecin.

Charles Darwin et la théorie de la sélection naturelle

Charles Darwin
Darth Vader Charles Darwin

Il est fort intéressant de noter que les événements qui ont sonner le commencement de l’histoire de ce dino-oiseau se sont produits très peu de temps après que le père de la théorie de l’évolution, Charles Darwin, publie en 1859 dans son manuscrit “L’Origine des espèces” sa théorie de la sélection naturelle. La découverte d’un animal transitionnelle entre les dinosaures et les oiseaux à grandement contribué à accelérer l’acceptation de sa théorie de l’évolution. De nos jours, la théorie de l’évolution de Charles Darwin est majoritairement admise comme étant valide sauf par quelques fanatiques créationistes et fondamentalistes qui continuent de rejeter l’idée de “formes transitionnelles”. Pour citer l’auteur de l’Origine des espèces lui-même:

"On sait, sur autorité du Professeur Owen, qu’un oiseau a vécu lors de la formation des dépôts de ‘Upper Greensand’; et que plus récemment, un oiseau étrange, Archaeopteryx, avec une longue queue de lézard, portant une paire de plume sur chaque joint et avec les ailes garnis de deux griffes libres, a été découvert dans les couches oolithiques de Solnhofen. Aucune autre découverte récente ne montre aussi clairement combien si peu l’on connait sur les anciens habitants de la Terre."

Origine des espèces

Un très ancien spécimen

Autre fait notoire, les premiers vrais vestiges retrouvé d’Archaeopteryx remonte aussi loin que 1855 mais le spécimen fragmentaire était si incomplet qu’il n’était pas identifiable. Von Meyer l’a classifié comme étant un Ptérodactylus (un des premiers ptérosaures, ou reptiles volants, à être identifier) en 1877. Avec des connaissances plus actuelles, le paléontologue américain John Ostrom a remarqué en 1970 qu’il s’agissait en fait d’un Archaeopteryx.

Les découvertes fossiles récentes

Spécimen de Thermopolis - Fossile de Archaeopteryx
Le spécimen de Thermopolis

Au courant du 20ième siècle, de nombreux autres fossiles exquisitement préservés appartenant à Archaeopteryx ont été déterrer et classifiés avec les connaissances modernes que l’on possède sur la vie au Jurassique.

Spécimen de Eichstatt et de Solnhofen

Il y a le spécimen de Eichstatt découvert en 1951 qui pourrait être une nouvelle espèce d’Archaeopteryx ou appartenir à un nouveau genre, le Jurapteryx. Il y a également le spécimen de Solnhofen découvert au début des années 1970 et qui pourrait aussi être un nouveau genre, le Wellnhoferia.

Spécimen de Thermopolis

Le fossile le plus digne de mention est cependant le spécimen de Thermopolis. Découvert en 2005, c’est le squelette le plus complet d’Archaeopteryx retrouvé à ce jour et il s’agit d’un élément de preuve clé dans le débat continue à savoir si Archaeopteryx était réellement le premier oiseau ou plus proche des dinosaures sur le spectrum de l’évolution.

Spécimen de Maxberg

Le dernier fossile est le spécimen de Maxberg dont le destin mystérieux fait lumière sur le sordide lien entre le commerce et la chasse aux fossiles. Découvert en 1956 en Allemagne et acquis par un collectionneur privé denommé Eduard Opitsch, le spécimen à ensuite été volée de la propriété du collectionneur après sa mort et n’a plus jamais été revu.

À lire également