Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Atlascopcosaurus

L’Atlascopcosaurus était l’un des petits dinosaures hypsilophodontes qui vivaient dans le sud-est de l’Australie pendant le Crétacé inférieur, à une époque ou l’Australie et l’Antarctique commençaient à se séparer. Ce dinosaure porte le nom de la compagnie qui a fourni le matériel utilisé pour les fouilles effectuées dans les mines de Dinosaure Cove à Victoria à la fin des années 1980. Le Dr Tom Rich et le Dr Patricia Vickers-Rich ayant conduit ces fouilles ont décrit ce dinosaure en 1989. Comme d’autres hypsilophodontes, l’Atlascopcosaurus était un herbivore bipède et agile. Il jouait un rôle écologique similaire aux gazelles ou aux wallabies actuels. Ses dents supérieures étaient semblables à celles du Zephyrosaurus du Montana, mais elles avaient des crêtes plus prononcées. Le zephyrosaurus était aussi plus petit. L’Atlascopcosaurus se servait de ses dents crénelées et striées pour mâcher les fougères dures et les herbes qui formaient les forêts le long du rift. Comme ses parents légèrement plus petits, le Leaellynasaura, le Fulgurotherium et le Qantassarus, l’Atlascopcosaurus vivait très probablement en petits groupes et se déplaçait en cherchant à s’abriter dans des petits bosquets et des clairières ouvertes ou il pouvait se nourrir de plantes jeunes. Avec ses longues pattes griffues, il pouvait distancer la plupart des autres dinosaures. Un squelette partiel attribué à l’Atlascopcosaurus est remarquable car le tibia gauche montrait des signes certains de pathologies qui prouvaient que l’animal était malade. Il avait souffert d’ostéomyélite chronique pendant les dernières années de sa vie. Le fait qu’un animal boiteux survive plusieurs années suggère qu’il n’était pas menacé en permanence, qu’il ne devait probablement pas se trouver sous la menace des prédateurs vivant dans la même zone que lui et qu’il n’avait aucunement besoin d’entreprendre de longues migrations pour éviter les hivers polaires rudes.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !
×
Vous recevrez désormais un courriel lorsque de nouveaux articles seront publiés !