Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Compsognathus

Le compsognathus, un des plus petits dinosaures connus, faisait à peu près la taille d’une dinde. Son nom rappelle la délicatesse de ses mâchoires, mais il s’agit en fait d’un animal délicat. Il n’existe que deux squelettes de Compsognathus. Le premier, trouvé en 1859, daté du Jurassique supérieur, provenait du calcaire lithographique de l’Allemagne du Sud. Il était proche de l’Archaeopteryx. Ce spécimen avait les pattes parfaitement préservées, et un lézard, son dernier repas, a été retrouvé en même temps. Le second squelette a été découvert près de Canjuers en France. Il se peut que Compsognathus ait eu des mains à deux doigts. Alors que le spécimen français avait trois os du métacarpe (os de la main), il n’est pas certain qu’ils aient tous eu des phalanges (les os des doigts) attachées. Certains pensent que ce prédateur agile n’avait que deux doigts, à la différence des autres théropodes. Néanmoins, les mains n’étant pas intactes, il est possible que les phalanges du troisième doigt n’aient pas été trouvées ou identifiées, la main du spécimen français étant trop mal conservée pour accréditer cette thèse. Ce qui est certain, c’est que le Sinosauropteryx, son plus proche parent, avait une main pourvue de trois doigts. Le Compsognathus a longtemps joué un rôle déterminant dans les études sur l’origine des oiseaux. C’est parce qu’il a été retrouvé dans les mêmes gisements que l’Archaeopteryx et faisait à peu près la même taille que nous pouvons effectuer une comparaison entre deux espèces primitives différentes. Au XIXe siècle, les similitudes entre les deux fossiles ont souvent permis de souligner le lien entre les dinosaures et les oiseaux. Comme le Sinosauropteryx, il est possible que le Compsognathus ait eu de petites structures fibreuses, comme des plumes sur le corps, mais les spécimens connus n’ont pas permis de vérifier cette hypothèse. Les deux films tirés des romans de Michael Crichton, Jurassic Park et Le Monde perdu, l’ont montré chassant de plus grandes proies avec sa morsure vénéneuse. Mais il est vraisemblable qu’il se limitait à attraper des petites proies en utilisant ses griffes et ses dents saillantes.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !
×
Vous recevrez désormais un courriel lorsque de nouveaux articles seront publiés !