Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Deinonychus

Bien qu’il n’ait pas été le premier des dromaeosauridés trouvé, le Deinonychus était le plus grand de tous et le premier à être entièrement décrit. Ensuite, les dromaeosauridés, confondus aujourd’hui avec les « raptors », ont été reconnus comme des prédateurs froids et particulièrement efficaces. Le Deinonychus était un théropode bipède agile avec de grands yeux pouvant presque regarder de face. Il avait un assez petit cerveau, un museau étroit et long avec des dents tranchantes, incurvées, en forme de rasoir. C’était un prédateur intelligent, utilisant les trois longues griffes de ses mains pour saisir de petites proies ou infliger de terribles blessures aux plus grandes. Il est possible qu’il ait utilisé ses griffes comme un grappin pour escalader les plus grands dinosaures qu’il chassait et qu’il attaquait en meute. Le Deinonychus marchait, courait et sautait principalement sur les orteils extérieurs (troisième et quatrième) de chaque pied. Ces orteils avaient de longues griffes tranchantes. Le premier était pourvu d’une griffe assez courte, au contraire du second qui avait un griffe immense et courbée, une arme pouvant taillader sur près de 15 cm de long et capable de pivoter jusqu’à 180 degré. Le Deinonychus retenait habituellement sa griffe au-dessus du sol, la pointe tranchante toujours prête à tuer. Comme chez beaucoup d’autres dinosaures, leur queue était aux trois quarts raide, tenue par une structure osseuse qui cependant restait flexible à la base. Le raidissement de la queue était contrôlé par de grands muscles peu nombreux, rattachés au bassin et aux membres postérieurs.

Ainsi, il pouvait effectuer de rapides mouvements en avant ou changer soudainement de direction pendant une course. Il est même possible qu’il ait été capable d’effectuer une rotation en plein ciel, pendant qu’il bondissait pour attraper une proie. Cela empêchait aussi la queue de bouger de la même façon que ses membres lorsque l’animal courait, prévenant ainsi toute fuite d’énergie vers la queue et aidant le dinosaure à courir plus vite et de manière plus efficace. Ce sont Grant Meyer et John Ostrom de l’université de Yale qui ont découvert les premiers restes du Deinonychus dans le sud du Montana, en 1965. Les fouilles sur ce site ont d’ailleurs produit de remarquables découvertes, des squelettes presque complets de quatre Deinonychus, avec un squelette mesurant 6 m de long d’un dinosaure proche de l’Iguanodon, l’ornithopode Tenontosaurus. Quand Ostrom a décrit et nommé le Deinonychus, en 1969, il a signalé que la proie favorite de ce dinosaure était le Tenontosaurus et que l’association proie et prédateur était la preuve du comportement de chasseurs en meutes du Deinonychus. Il est évident qu’un seul spécimen ne pouvait attaquer et tuer un herbivore aussi grand que le Tenontosaurus, même si la mort de quatre Deinonychus dans l’attaque n’est pas représentative. Si, comme cela semble probable, le Deinonychus vivant en meute et chassait de grands dinosaures, il devait avoir le même comportement que les loups, les chiens de chasse ou les hyènes actuels. Cela suppose qu’il n’était pas seulement un prédateur acrobatique doté d’armes mortelles, mais, sans doute aussi, un athlète résistant parfaitement organisé dans un groupe social. Les territoires près des routes migratoires ou des lieux de reproduction des grands herbivores pouvaient supporter des meutes de vingt Deinonychus dominées par quelques individus. Quelques adultes (qui ne se reproduisaient pas) pouvaient défendre le territoire contre des groupes rivaux de Deinonychus ou d’autres carnivores. Ils pouvaient aussi aider à nourrir les petits des couples dominants.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !
×
Vous recevrez désormais un courriel lorsque de nouveaux articles seront publiés !