LES-DINOSAURES.FR

Menu

Dinosaures

Animaux Préhistoriques

Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Diplodocus
Mark Witton

Diplodocus

Le Diplodocus était l’un de ses gigantesques dinosaures sauropodes se déplacant à la vitesse d’une tortue. Ce dinosaure est le plus long à avoir exister et un spécimen adulte pouvait mesurer plus de 175 pieds du bout de son museau jusqu’à la fin de sa queue. En comparaison, un terrain de football universitaire mesure 300 pieds de long et un autobus scolaire mesure 40 pieds de pare-chocs à pare-chocs. Un Diplodocus adulte couvrirait toute l’espace située entre la ligne des buts d’une équipe et la ligne de 40 verges de l’autre. Ce sont des dimensions absolument ridicule! La plupart de sa longueur provenait de son cou extrêmement long.

"Double poutre"

Ce sauropode herbivore de la famille des diplodocidés (Diplodocidae) vécu à l’époque du Jurassique supérieur, il y a environ 150 millions d’années, dans les régions de l’actuel midwest américain. Le nom Diplodocus, qui signifie “double poutre”, fait référence aux chevrons (os) situés sur le dessous de sa queue. Chez les autres dinosaures, ils ont la forme d’un V ; chez lui, ils ont la forme d’un T saillant à l’avant et à l’arrière. Le Diplodocus est très facilement reconnaissable par son allure qui est typique des grands sauropodes ; son cou et sa queue sont très longues, sa tête est très petite et ressemble beaucoup à celle d’un cheval et ses quatres pattes sont courtes et robustes.

Diplodocus était plutôt svelte

Bien que Diplodocus était le plus grand, il n’était pas pour autant le plus pesant. Relativement aux autres sauropodes de la période du Jurassique supérieur il était plutôt svelte. Contrairement au Brachiosaure qui dépassait les 50 tonnes, le Diplodocus n’affichait que 20 ou 25 tonnes sur la balance. Il n’est toutefois pas exclue que certains individus très âgés ait pu atteindre un poid se situant entre 30 et 50 tonnes. Mais cela n’est rien en comparaison du sauropode Seismosaurus dont le gabarit de plus de 100 tonnes pouvait littéralement causé des tremblements de terres et des glissements de terrains. D’ailleurs, le débat persiste toujours à savoir si Seismosaurus était en fait une espèce de très gros Diplodocus: D. hallorum.

Trois espèces de Diplodocus

De nos jours, on dénombre 3 espèces de Diplodocus officiellement reconnu par les paléontologues:

  • Diplodocus longus (D. longus)
  • Diplodocus carnegii (D. carnegii)
  • Diplodocus hallorum (D. hallorum)

Pattes arrières plus longues

À la différence du Brachiosaure qui possédait de très grandes pattes avant, chez Diplodocus ce sont les pattes arrières qui étaient plus longues. Cela signifie que ses hanches étaient plus hautes que ses épaules et que son dos penchait en avant. Une très grande partie de la longueur de cette créature était dû à son cou et à sa queue qui était de structure très similaire. Le long cou de ce dinosaure était monter sur un échafaudage d’environ 15 vertèbres allongé alors que sa queue était faite de 80 os beaucoup plus courts et flexible. Cet arrangement squelettique particulier laisse croire que le Diplodocus utilisait non seulement sa queue afin de contrebalancer le poids de son cou mais également comme arme de défense afin de repousser les attaques des prédateurs de l’époque. Sa queue pouvait jouer le rôle de fouet souple bien qu’aucune preuve fossile n’atteste officiellement de ceci. Mais étant donné sa taille énorme, il est plutôt improbable qu’un spécimen adulte de 25 tonnes ait été la cible de prédateurs même si Allosaurus (qui pesait 1 tonnes) était assez futé pour chassé en meutes. Plutôt, les dinosaures théropodes du Jurassique supérieur d’Amérique du Nord aurait ciblés les oeufs, les nouveau-nés et les juvéniles de ce sauropode et ne se serait attaquer à un adulte que s’il était malade ou dans ses vieux jours.

Petit cerveau

Les sauropodes comme le Diplodocus possédaient un cerveau infiniment petit relativement au reste de leurs corps ; bien plus petit proportionnellement que celui des dinosaures carnivores. Ce dinosaure était à peine plus intelligent que les plantes qu’il mangait. S’il errait en troupeaux comme certains experts pensent alors son quotient était peut-être légèrement plus élevée. Mais encore, Diplodocus était un Albert Einstein du Jurassique en comparaison du dinosaure herbivore Stegosaurus (Stegosaure) dont la taille du cerveau égalait celle d’une cacahuète.

Narines dans le front

Crâne de Diplodocus

Étrangement, les ouvertures nasales de ce dinosaure comme bien d’autres sauropodes se retrouvent bien en hauteur sur son front plutôt qu’au bou de son museau. À un certain moment les chercheurs ont crus que le Diplodocus possédait possiblement une trompe. Après avoir comparer avec les crânes d’éléphants ils ont cependant rejeter cette théorie. Une autre thèse commune est que ce dinosaure nécessitait cette adaptation afin de vivre dans l’eau. Mais le corps des sauropodes n’étaient pas bien adapté à la vie aquatique parce qu’il possédait des poches d’airs qui auraient rendu ceux-ci trop flottant et instable en eaux profondes. Jusqu’à ce jour il n’existe aucune explication satisfaisante pour justifier l’étrange disposition des cavités nasales des sauropodes.

Griffe sur le gros orteil

Griffe de Diplodocus

À l’instar des humains, le Diplodocus avait des pieds larges munis de 5 orteils. Le gros orteil était toutefois garni d’une griffe exceptionnellement grande. Comme les fosses nasales, l’utilité de la griffe n’est pas connu. On peut spéculer qu’il s’agit de vestiges d’évolution et qu’à un certain point dans la lignée leurs ancêtres en on réellement eu besoin.

Croissance rapide

Diplodocus vs humain
Debivort - Wikimedia commons

Commes les autres sauropodes, le Diplodocus avait une croissance très rapide et atteignait la maturité sexuelle vers l’âge d’environ 10 ans. Il continuait ensuite de grandir toute sa vie. En raison de sa taille colossale, l’espérance de vie de cette créature pouvait s’étendre jusqu’à 100 ans.

Posture

Dippy le Diplodocus
Dippy le Diplodocus

Les paléontologistes ont beaucoup de difficulter à réconcilier l’idée que les dinosaures sauropodes gardait la tête et le cou très haut dans les airs avec le fait qu’ils possédaient un métabolisme à sang froid. Une telle posture aurait placée un énorme stress sur le coeur de ces bêtes s’il devait constamment pomper des dizaines de gallons de sang à 40 pieds dans les airs. Le fardeau de la preuve montre que Diplodocus gardait plutôt le cou parallèle au sol dans une position horizontale. Les scientifiques croivent maintenant que des ligaments parcourant tout son corps de la base du cou jusqu’au hanches lui permettaient de garder son cou dans une position stable horizontale sans avoir besoin d’utiliser ses muscles. Les vertèbres sont divisés au milieu laissant un espace suffisant pour que ce genre de ligaments viennent s’y rattacher.

Alimentation et digestion

Le Diplodocus était herbivore et se nourrissait principalement de végétation. À la recherche de feuilles, il pouvait se dresser sur ses pattes arrières pour arriver au sommet des arbres. Toutefois, l’opinion de certains experts est que en raison de la taille et de la structure de son corps, l’animal ne pouvait certainement pas tenir la pose très longtemps. Il est donc probable que le sauropode se dressait pendant un court instant afin de faire tomber les arbres et qu’il s’alimentait ensuite des feuilles les plus proches du sol. Une autre théorie souvent argumenter est que le cou de la bête était extrêmement flexible lui permettant d’atteindre autant la végétation élevée que la végétation basse sans avoir à bouger le reste de son corps.

Ce sauropode avait une quantité de petites dents pointant vers l’avant qui ressemblaient à des piquets et qui étaient disposées sur le devant de sa bouche. Ces dents étaient minces et délicates et devaient fréquemment être remplacer. La fréquence élevée de remplacement chez le Diplodocus suggère que celui-ci se nourrissait de végétation abrasive comme des plantes douces contenant de la silice ou des plantes recouvertes de graviers sur le sol.

Des recherches et des expériences de modélisation ont toutefois démontrés que la force de la morsure de ce dinosaure était relativement faible et qu’il avait plutôt tendance à effectuer des mouvements horizontales de glisses lorsqu’il mastiquait la nourriture. La mâchoire du Diplodocus était donc mieux adaptée à la consommation de fougères, de conifères, d’arbustes, de mousse et de feuilles molles qu’il arrachait des arbres. Et plutôt que de mastiquer, ce dinosaure passait un temps considérable à fermenter sa nourriture dans son intestin élargi jusqu’à ce que les nutriments soient extraits et absorbés par son organisme ; les roches n’aidant en rien le processus de digestion.

Reproduction et nids

Bien qu’il n’existe aucune preuve direct qui indique que le Diplodocus érigait des nids, on a cependant associé des sites de nidifications à d’autres sauropodes comme le titanosaure Saltasaurus. Ces nids de titanosaures peuvent nous faire croirent que ces dinosaures pondaient communément leurs oeufs sur une grande surface dans de nombreuses fosses peu profondes, chacune couverte de végétation. Chez le Diplodocus et les autres sauropodes la taille des pontes et des oeufs individuelles étaient relativement modeste pour de si larges créatures. Des oeufs plus larges nécessitait un temps d’incubation plus long ce qui augmentait le risque que ceux-ci soient dévorés par des prédateurs avant qu’ils n’aient le temps d’éclorent.

Fossiles

Diplodocus, Musee d'histoire Naturelle Carnegie
Diplodocus, Musee d'histoire Naturelle Carnegie

Les premiers vestiges de ce sauropode ont été découverts en 1877 à Cañon City dans le Colorado par Benjamin Mudge et Samuel Wendell Williston. L’année suivante, le célèbre paléontologue Othniel Charles Marsh à nommer le spécimen Diplodocus. Depuis, on a déterrer un grand nombre de fossiles de ce dinosaure à la formation de Morrison dans l’ouest des États-Unis. Cette formation géologique à préserver à travers des couches de sédiments marins et alluvionnaires l’histoire d’une époque dominer par de colossales dinosaures sauropodes: Apatosaurus, Barosaurus, Brachiosaure, Brontosaure et Camarasaurus. Les fossiles de Diplodocus abondent dans les strates moyennes et supérieures de la formation de Morrison qui correspondent à l’âge du Kimméridgien supérieur il y a entre 154 et 152 millions d’années. La plupart des ossements de ce dinosaure sont commun à l’exception du crâne que l’on ne retrouve que très rarement et généralement accompagner du squelette en entier. Les restes sont dispersés dans plusieurs états des montagnes rocheuses du midwest américain: Colorado, Utah, Montana et Wyoming.

Andrew Carnegie, le baron du Diplodocus

Dippy le Diplodocus
Andrew Carnegie et Dippy le Diplodocus

Andrew Carnegie était un magnat des affaires et un philanthrope qui avait une passion pour les dinosaures et particulièrement pour le Diplodocus. Ainsi, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, il a financé un grand nombre d’expéditions afin que l’on déniche des fossiles de ce sauropode. Grâce à de généreux dons de squelettes de Diplodocus complet qu’il à fait, le public peut désormais contempler cette magnifique créature dans de nombreux musées: le Musée d’histoire Naturelle de Londres ainsi que le Musée d’histoire Naturelle de Carnegie qu’il a lui même fondée dans la ville de Pittsburgh pour n’en nommer que quelques uns.

Classification

Le Diplodocus fait partie de la famille des diplodocidés (Diplodocidae) ; des dinosaures extrêmement massif mais plus mince que leurs semblables titanosaures et brachiosaures.

Sources

  1. “Diplodocus.” Wikipedia, Wikimedia Foundation, 17 Dec. 2018, en.wikipedia.org/wiki/Diplodocus.

  2. Castro, Joseph. “Diplodocus: Facts About the Longest Dinosaur.” LiveScience, Purch, 17 Mar. 2016, www.livescience.com/24326-diplodocus.html.

  3. “Diplodocus.” Mauisaurus Pictures & Facts - The Dinosaur Database, dinosaurpictures.org/Diplodocus-pictures.

  4. ARK: Survival Evolved Wiki. “Diplodocus.” ARK: Survival Evolved Wiki, Gamepedia, 17 Nov. 2018, ark.gamepedia.com/Diplodocus.

  5. “Diplodocus.” When Did Dinosaurs Live? - Natural History Museum, Natural History Museum, www.nhm.ac.uk/discover/dino-directory/diplodocus.html.

  6. Britannica, The Editors of Encyclopaedia. “Diplodocus.” Encyclopædia Britannica, Encyclopædia Britannica, Inc., 17 Oct. 2018, www.britannica.com/animal/Diplodocus.

  7. The Mesozoic Era, scienceviews.com/dinosaurs/diplodocus.html.

  8. Admin. “Diplodocus - Facts and Pictures.” Dinosaurs - Pictures and Facts, 5 Oct. 2017, www.newdinosaurs.com/diplodocus/.

  9. Switek, Brian. “How Did Diplodocus Eat?” Smithsonian.com, Smithsonian Institution, 18 July 2012, www.smithsonianmag.com/science-nature/how-did-diplodocus-eat-3696307/.

  10. Strauss, Bob. “How Much Do You Really Know About Diplodocus?” Thoughtco., Dotdash, www.thoughtco.com/things-to-know-diplodocus-1093786.

  11. Indiana: Facts, Map and State Symbols - EnchantedLearning.com, www.enchantedlearning.com/subjects/dinosaurs/dinos/Diplodocus.shtml.

  12. “Kimméridgien.” Wikipedia, Wikimedia Foundation, 25 May 2018, fr.wikipedia.org/wiki/Kimm%C3%A9ridgien.

  13. “Andrew Carnegie.” Wikipedia, Wikimedia Foundation, 1 Jan. 2019, fr.wikipedia.org/wiki/Andrew_Carnegie.

À lire également