Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Iguanodon

L’Iguanodon a été le “père fondateur” des dinosaures, non pas dans le sens d’un ancêtre commun, mais plutôt dans celui de leur compréhension scientifique. En 1825, l’Iguanodon devenait le second dinosaure à être nommé et il faisait partie des trois animaux qui ont permis au paléontologue anglais sir Richard Owen de définir le concept du « Dinosauria » en 1842. Depuis lors, les études et les reconstitutions d’Iguanodon ont joué un très grand rôle dans l’avancement de nos connaissances sur les dinosaures. L’Iguanodon habitait une zone très étendue pendant le Crétacé inférieur : Europe, Amérique du Nord et Mongolie. Les premières découvertes de ce fossile ont été faites à Wealden Rocks, dans le sud de l’Angleterre, des roches qui se sont formées dans une succession de lacs peu profonds et d’estuaires. Les tout-premiers vestiges furent des dents ressemblant à celles d’un iguane, d’où son nom. Au fur et à mesure que des os étaient mis en lumière, des chercheurs ont peu à peu reconstitué ce dinosaure comme un grand quadrupède herbivore, une sorte de rhinocéros reptilien. Mais, ils ont placé sur le bout du nez de l’Iguanodon une grande corne osseuse trouvée avec d’autres parties du squelette, ce qui est devenu la plus célèbre erreur de toute l’histoire de la paléontologie. Cette première reconstitution a aidé à renforcer l’impression que les dinosaures étaient des animaux pesants et lourds. Une perception que nous savons aujourd’hui erronée. Et il a fallu le fossile le plus remarquable de tous les temps pour réellement enterrer ce stéréotype. En 1878, les travailleurs d’une mine de charbon du sud de la Belgique ont déterré un grand os plein de ce qu’ils pensaient être de l’or.

L’or devint celui des « maudit » (ou pyrite), mais l’éventualité d’un trésor leur fit faire des fouilles supplémentaires et conduisit à la découverte de squelettes de dinosaures. Après trois années, les squelettes complets de 31 Iguanodons avaient été retrouvés, c’était à l’époque les fossiles de dinosaures les mieux préservés. Des études de ces spécimens ont montré que, loin d’être un quadrupède lourd et pesant, l’Iguanodon était relativement léger pour son immense longueur et pouvait se dresser sur ses pattes arrière. Ces squelettes ont aussi montré l’emplacement de la fameuse pointe osseuse. En fait, il y en avait deux, une sur chaque pouce. Près d’un siècle après ces événements, l’Iguanodon et d’autres grands ornithopodes tels que les hadrosauridés ont été reconstitués plutôt comme d’immenses kangourous, se tenant debout sur leurs pattes arrière, la tête haute et la queue s’étirant le long du sol. Et ce n’est pas avant les années 1970 que de nouvelles études ont révélé que l’Iguanodon avait des membres antérieurs puissants et que ses trois doigts centraux se terminaient en sabots. Cela sous-entendait que l’Iguanodon marchait parfois à quatre pattes, mais qu’il se tenait probablement sur ses pattes arrière pour se déplacer rapidement et courir. Comme chez les ornithopodes, son épine dorsale était soutenue par de grands tendons ossifiés autour du bassin mais disposés en forme de treillage, plutôt que parallèles comme chez d’autres espèces du même genre. La mâchoire et les dents de l’Iguanodon en faisaient un herbivore efficace. De plus, un grand nombre de dents étroites et remplies étaient très bien adaptées pour pulvériser les végétaux durs, la surface supérieure de chaque dent étant large et striée. Les os de la mâchoire qui tenaient les dents bougeaient vers le haut et vers l’extérieur quand l’animal mâchait, permettant ainsi aux dents qui broyaient de se frotter les unes contre les autres et de contribuer à l’efficacité de cette action. La même disposition a été observée chez un grand nombre d’autres ornithopodes.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !
×
Vous recevrez désormais un courriel lorsque de nouveaux articles seront publiés !