LES-DINOSAURES.FR

Menu

Dinosaures

Animaux Préhistoriques

Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Hadrosaure Parasaurolophus

Parasaurolophus

Le Parasaurolophus est un dinosaure à bec de canard de la période du Crétacé supérieur qui est parmi les plus reconnaissables de l’ère du Mésozoique en raison de sa longue crête distinctive courbée vers l’arrière. Comme les autres hadrosaures de cette période, le Parasaurolophus était un herbivore absolument massif – parmi les plus larges animals terrestres – avec une taille pouvant atteindre 30 pieds de long et un poid avoisinant 4 tonnes. Parasaurolophus a été nommé en référence à son compatriote contemporain Saurolophus, un autre hadrosaure auquel il était plus ou moins apparenté. Ces deux dinosaures descendaient possiblement du Prosaurolophus, un hadrosaure qui a vécu des millions d’années plus tôt et dont la crête était beaucoup moins développée. Mais de façon générale, les hadrosaures de la période du Crétacé supérieur ont évolués à partir d’herbivores ornithopodes des périodes du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur comme par exemple le célèbre Iguanodon.

Comme la grande majorité des dinosaures à bec de canard, Parasaurolophus utilisait sont bec étroit et solide afin de couper la végétation rugueuse des arbres et arbustes ; il broyait ensuite chaque boucher avec des centaines de petites dents emballées dans sa machoîre. Au fur et à mesure que les dents de devant s’usaient, de nouvelles de derrière s’avancaient afin de les remplacer ; un processus qui se répétait indéfiniment tout au long de la vie de cet animal.

Fossile incomplet

Souvent le cas dans le monde de la paléontologie, le spécimen holotype de Parasaurolophus, le Parasaurolophus walkeri, est un fossile incomplet découvert dans la province d’Alberta au Canada – dans un endroit qui correspond maintenant au Dinosaur Provincial Park – en 1922 par Levi Sternberg. Ce fossile demeure encore aujourd’hui le plus complet que l’on ait retrouvé de Parasaurolophus. D’autres espèces de cet hadrosaure ont également été déterrer à différents endroits comme par exemple P. tubicen que l’on a retrouvé au Nouveau-Mexique et qui était légèrement plus gros que walkeri et arborait une crête plus longue. Il y a également P. cyrtocristatus que l’on a découvert dans le sud-ouest des États-Unis et qui était le plus petit des Parasaurolophus, avec un poid d’environ une tonne.

Longue crête courbée vers l’arrière

Fossile d'hadrosaure Parasaurolophus
Squelette fossile de Parasaurolophus cyrtocristatus

Tel que mentionné plus haut, le trait distinctif du Parasaurolophus qui le rend si facilement reconnaissable est sa longue crête courbée vers l’arrière qui poussait sur le dessus de son crâne et dont la surface creuse et vide connectait avec les nasaux et l’arrière de la gorge. Cette crête pouvait jouer de nombreuses fonctions et il existe plusieurs théorie pour expliquer son utilité.

Outil de communication

Tout récemment, une équipe de paléontologues ont modélisés par ordinateur la crête du Parasaurolophus à partir de plusieurs spécimens fossiles et ont virtuellement fait circuler de l’air à travers celle-ci. La simulation a produit un son profond et résonnant: preuve que la crête de ce dinosaure lui permettait au minimum de communiquer avec les autres membres du troupeau, afin par exemple de signaler du danger ou la disponibilité sexuelle.

Plusieurs hypothèses sur l'utilité de la crête

Lorsque l’on a initialement découvert les premiers vestiges de Parasaurolophus, il y a eu de nombreuses spéculations quant au rôle de son étrange décoration crâniale. Certains paléontologues croyaient que cet hadrosaure passait la majeure partie de son temps sous l’eau et qu’il se servait de sa crête vide comme un tuba afin de respirer. D’autres ont plutôt proposer que la crête était utiliser comme arme lors de combats intra-espèce ou qu’elle était même cloutée de terminaisons nerveuses spécialisées qui pouvaient facilement déchiqueter la végétation proche. Ces deux hypothèses n’ont cependant pas tenu la route bien longtemps puisqu’elles ne s’appuient sur aucune base scientifique.

Régulateur thermique

L’évolution produit rarement une structure anatomique pour une unique raison et il est fort probable qu’en plus de lui permettre de communiquer avec ses semblables, la crête du Parasaurolophus jouait aussi le rôle de régulateur thermique. La surface large de cet ossement pouvait permettre à cet hadrosaure à sang froid (du moins c’est ce que l’on présume) d’absorber la chaleur ambiante durant la journée et de lentement dissiper celle-ci pendant la nuit, lui permettant de maintenir une température corporelle homéothermique quasi-constante. Contrairement aux dinosaures à plumes, il y a peu de chances que le Parasaurolophus avait un métabolisme à sang chaud.

Caractéristique de sélection sexuelle et outil de reconnaisance

Par ailleurs, la crête de cet hadrosaure remplissait une troisième fonction: comme les bois des cerfs modernes, elle avait une forme légèrement différente sur chaque individu afin de permettre aux membres d’un troupeau de se reconnaître les uns les autres sur de bonnes distances. De plus, il est plausible de croire que les mâles avaient des crêtes plus grosses que les femelles et que celles-ci étaient une caractéristique de sélection sexuelle durant la saison des amours – les mâles qui avaient les plus grosses crêtes étaient plus attirants.