LES-DINOSAURES.FR

Menu

Dinosaures

Animaux Préhistoriques

Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Troodon

Troödon

Le Troödon est un petit dinosaure théropode du Crétacé qui ressemble à un oiseau et dont l’on a d’abord trouvé une dent dans la formation de Judith River, en Alberta au Canada en 1854. On vente souvent le Troödon comme étant le plus intelligent de tout les dinosaures, ce qui est vrai, mais cet animal avait également d’autres caractéristiques qui le rendait unique. Faisant 11 pieds de haut et pesant 110 livres, Troödon avait une stature frêle et était de taille modeste pour un théropode carnivore. Il avait beaucoup de comportements en commun avec les crocodiles et les oiseaux et les scientifiques se demandent toujours s’il était un ancêtre de ceux-ci ou non.

Petit théropode proche des oiseaux

C’est sur la base de la dent trouvé initialement en Alberta que le célèbre naturaliste Joseph Leidy, qui croyait avoir affaire à un petit lézard plutôt qu’à un dinosaure, a nommé cet animal Troödon – qui signifie « dent blessante » – en 1856. D’autres dents datant du Crétacé et découvertes dans le Montana ont confirmé que c’était bel et bien un dinosaure. Les premières études de ces dents avaient suggéré qu’il s’agissait d’un ornithopode carnivore, car elles ressemblaient à celles de cette espèce, mais nous savons maintenant que le Troödon était un petit théropode proche des oiseaux. Près de 80 ans après que l’on ait découvert la première dent, au début des années 1930, des fragments éparpiller de pied, main et queue de Troödon ont commencé à resurgir de différents emplacements d’Amérique du Nord.

Initialement connu comme le Stenonychosaurus

Pendant des décénnies, les ossements de ce dinosaure ont été connu sous le nom de Stenonychosaurus et classifiés comme appartenant à un théropode de base apparenté au Coelurus par le paléontologue américain Charles H. Sternberg. Ce n’est qu’après la découverte de fossiles plus complet en 1969 que les paléontologues ont fait le lien entre le Stenonychosaurus et le Troödon et qu’ils ont reconnu la ressemblance avec le théropode asiatique contemporain Saurornithoides.

Troödon avait une intelligence supérieur

Crane de Troödon
Crâne de Troödon

Le trait le plus intéressant de ce théropode carnivore est qu’il était doté d’une très grande intelligence comparativement aux autres dinosaures de l’époque. Ce qui rendait le Troödon si intelligent est que la taille de son cerveau était beaucoup plus importante proportionnellement au reste de son corps que la plupart des autres théropodes de stature similaire. Une telle croyance repose cependant sur l’observation et la comparaison avec d’autres animaux vivants, où il y a une forte corrélation entre la taille du cerveau et le degré d’intelligence ; mais comme l’intelligence ne se retrouve pas fossilisée, on ne peut que s’interroger sur le côté spéculatif de cette affirmation.

Tel un Albert Einstein des temps préhistoriques, Troödon pouvait se vanter d’avoir un quotient intellectuel de plusieurs ordres de magnitudes plus grand que ses contemporains. Mais aussi brillant était-il pour l’ère du Mésozoique, son intelligence ne dépassait toutefois pas celle d’un poulet. Les dinosaures étaient vraiment des bêtes idiotes qui n’avaient que quelques réflexes de bases afin d’assurer leurs survie.

Scénario fictif de Dale Russell

En 1982, le paléontologue canadien Dale Russell a spéculer de ce qu’il serait arriver au Troödon s’il avait survécu à l’extinction du Crétacé-Tertiaire il y a 65 millions d’années. Dans son histoire fictive à prendre avec un gros grain de sel du Crétacé, le Troödon aurait évolué pour prendre la forme d’un reptile bipède très intelligent dont l’apparence et les façons d’être aurait été comparables à celles des êtres humains modernes. Il aurait également eu de gros yeux, des pouces partiellement opposables ainsi que trois doigts sur chaque main. Sans vouloir ridiculiser les idées farfelues de Dale Russell, certaines personnes ont simplement l’imagination plus fertile que d’autres!

Troödon avait une vision binoculaire

Non seulement les yeux de Troödon étaient plus larges que la normale mais ils étaient placées plus vers l’avant que sur les côtés de son visage ; une indication que ce dinosaure possédait une vision binoculaire avancée qui lui permettait de cibler de petites proies qui tentaient de s’enfuir. Étrangement, l’image de Gargamel entrain de pourchasser un Schtroumpf me vient en tête. En comparaison, les yeux de la plupart des animals herbivores sont placés sur le côté de leurs têtes, une adaptation qui permet de détecter rapidement une attaque de carnivore imminente. Cette anatomie particulière rappelant celle des humains explique en partie l’intelligence accrue de Troödon.

Troödon habitait autant les régions froides que chaudes

Le fait que Troödon avait des yeux plus gros que la vaste majorité des autres théropodes suggère qu’il devait soit chasser la nuit ou qu’il avait besoin de recueillir toute la lumière disponible de son environnement froid et sombre d’Amérique du Nord. Cette stratégie évolutionnaire a également été adopté par le dinosaure Leaellynasaura, un ornithopode australien qui avait aussi de grands yeux. Avoir à traiter plus d’informations visuelles implique automatiquement la nécessité d’avoir un cerveau plus large ce qui peut partiellement expliquer le QI relativement élevée de Troödon.

Les fossiles de Troödon ont été découvert dans des sédiments du Crétacé supérieur aussi bien dans les régions nordiques éloignées d’Alaska que dans les régions chaudes du Nouveau-Mexique. Une distribution territoriale aussi vaste poussent les paléontologues à croire que certaines espèces de Troödon seront un jour éventuellement promu vers leurs propres genre.

Oeufs et habitudes parentales

Squelette fossile de Troödon
Squelette fossile de Troödon

Le Troödon est célèbre pour être l’un de ces rares dinosaures carnivores dont les habitudes parentales sont connu en détail. Si l’on se fie aux aires de nidification préservées découverte par Jack Horner dans le Montana, les femelles de ce dinosaure pondaient deux oeufs par jours pendant plus ou moins une semaine pour un total de 16 à 24 oeufs par ponte (seulement quelques chanceux parvenaient à éclore avant de devenir la proie de charognards). Comme les oiseaux modernes, il est possible que c’était les mâles de cette espèce qui couvait les oeufs.

Possiblement omnivore

Avec sa vision binoculaire, son énorme cerveau et ses mains capable d’aggriper, on serait porter de croire que le Troödon adoptait un style de vie exclusivement prédateur. Cependant, il est par ailleurs possible que ce dinosaure eut été un omnivore opportuniste se nourrissant de graines, de noix, de fruits, de petits mammifères, d’oiseaux et même d’autres dinosaures. Certaines études affirment que les dents de Troödon étaient mieux adaptés a mastiquer de la viande tendre que de la matière végétale fibreuse ; le débat quant à la diète réelle de ce dinosaure demeure toujours d’actualité.

À lire également