Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Accueil / Requins / Requin-baleine

Le requin baleine

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/le-requin-baleine-booste-l-economie-des-maldives_14504

Le requin-baleine est le plus gros poisson de tout l’océan! Le mot “baleine” dans son nom fait référence à sa longueur qui est comparable à celle de vrais baleines. Et tout comme les baleines, ce requin filtre sa nourriture. Essentiellement, il parcoure l’océan et utilise ses immenses branchies comme un filtre afin de capturer le plancton et la végétation pendant qu’il nage.

Le requin-baleine est aussi apeller Rhincodon typus et c’est un énorme requin. C’est en fait le plus gros requin et poisson du monde. Pouvez-vous croire que la longueur moyenne du spécimen adulte est celle d’un autobus scolaire?! Ces requins font en générale environ 10-12 mètres (33-40 pieds) mais peuvent atteindre 18 mètres (60 pieds) de long. Ils peuvent également peser jusqu’à 15 tonnes. Bien sûr personne n’en est complètement certain puisqu’il n’existe pas beaucoup de sources d’information sur la taille du requin-baleine lorsqu’il atteint la maturité. Les gens sont réellement fasciner par ses leviathans et pourtant on en connait très peu à leurs sujets contrairement à d’autres gros requins.

C’est difficile de s’imaginer un poisson aussi massif, mais je peux vous assurer que même un jeunot est énorme. J’ai fait de la plongée sous-marine à Zenzibar, en Afrique de l’Est, et notre maître plongeur à pointer avec enthousiasme devant nous. J’ai vu un majestueux banc de poisson argentée passer sous nos yeux. Mon regard s’est ensuite arrêté juste derrière les poissons, et c’est alors que j’ai réalisé qu’ils cachaient une bien plus grosse créature. C’était gris avec des taches pâles et s’étendait sur une plus grande distance que tout le groupe de plongeurs. De retour à bord du bâteau, il nous a expliquer que nous avions seulement vu un bébé requin-baleine. J’ose à peine imaginer la sensation de nager à côté d’un adulte!

Puisque ces requins filtrent leurs nourriture, ils ont naturellement de très grandes bouches. De fait, la gueule de cette bête peut atteindre une largeur de 1 à 1.5 mètres (3 à 5 pieds). En comparaison, ils ont de très petites dents mais compensent par une grosse quantité. Un adulte peut avoir jusqu’à 300 rangées de dents et comprendre 3 000 dents dans toute sa bouche. Les frais dentaires doivent être faramineux!

A quel point grandissent-ils? Le plus large spécimen jamais mesurer avait une longueur d’environ 13 mètres (42 pieds) et pesait plus de 22 tonnes métriques (plus de 48 500 livres). Mais encore, les experts prétendent qu’il en existe des plus gros ailleurs. Cette espèce de requin peut vivre jusqu’à 100 ans et parfois même plus longtemps ce qui leurs donne beaucoup de temps pour croître.

Le requin-baleine est un nageur lent et tranquille avec une vitesse moyenne de seulement 5 km/h. À cause de sa douceur et de sa non dangeurosité, il est fréquemment visiter par les plongeurs souhaitant observer des requins. Les requins-baleines sont des créatures qui voyagent dans les eaux chaudes de l’océan. Ils nagent généralement seule mais à certains endroits ou la nourriture y est plus abondante ils se rassemblent en plus grand nombres.

La peau de ce requin possède des marques jaunes pâles de rayures et de points sur un fond gris foncé. Chaque individu possède un motif unique qui permet de l’identifier, comme une empreinte digitale. C’est un outil incroyable pour la recherche et la conservation. Par exemple, la WWF (World Wildlife Fund) à identifier 458 différents requin-baleine dans les Philippines en utilisant des photos de motifs de leurs peau. Les jeunes requins-baleines semblent particulièrement avoir de la difficulté à s’adapter à la réalité de l’océan. La mère abandonne les bébés immédiatement après la naissance et moins que 1 requin-baleine sur 10 réussit à survivre jusqu’à l’âge adulte. Cependant, ceux qui survivent ont une espérance de vie qui dépasse souvent le siècle. Mais encore, personne n’en est absolument convaincu. Plusieurs chercheurs croient que le plus proche parent du requin-baleine est le relativement chétif requin-zèbre.

Habitat

Ces requins adorent les eaux tempérées et les eaux chaudes. Ce faisant, ils tendent à rester en zones équatoriales. Le requin-baleine est nomade. Les recherches génétiques ont démontrées qu’ils nagent à la grandeur du globe à travers les eaux tempérées et tropicales (sauf en Méditérranée) sans aucunes véritables barrières aux mouvements. Ils se tiennent généralement en eaux profondes mais s’approchent parfois des régions côtières, particulièrement près des récifs de corails.

Durant les 15 dernières années, plusieurs études ont placées des étiquettes satellites sur des requins-baleines afin de traquer leurs mouvements. Les résultats confirment que ces requins sont très mobiles mais qu’ils nagent lentement. Ils restent à moins de 125 miles du rivage et plongent régulièrement à des profondeurs atteignant 790 pieds (240 mètres), remontant occasionellement à la surface pour se nourrir. Un requin en particulier à voyager 13 000 kilomètres sur une période de 3 ans.

Chaque printemps le requin-baleine migre en direction du talus continental entourant l’Australie, possiblement afin de se nourrir du plancton (minuscules plantes et animales marins) qui s’y trouve en abondance. En fait, les biologistes marins pensent que l’emplacement du requin-baleine peut être utiliser pour mesurer la présence de plancton et la santé globale de nos océans.

Comportement social

Le requin-baleine est l’un des requins les plus sociales. Mais il existe toujours un nuage de mystère entourant les détails exact comme la structure sociale et la dominance. Lorsqu’il est question des humains, cette espèce ne pose pratiquement aucune menace. Plusieurs plongeurs font même du stop sur le dos de ces gentils géants. La plus grande cause de blessures sur les humains sont lorsque ceux-ci sont happer par l’énorme nageoire caudale de ce poisson. Ce requin est réellement une créature docile.

Alimentation

Comme d’autres baleines, ce requin filtre sa nourriture. Sa bouche est tout à l’avant de sa tête (différent des autres requins qui ont leurs bouche en dessous de leurs tête). Elle est également immense, près de 5 pieds de large. Cela permet au requin-baleine d’avaler de grandes quantités de plancton, utilisant ses branchies comme filtre de succion durant la nage. Les informations connues sur ses habitudes alimentaires proviennent d’analyses effectuer sur le contenu de l’estomac de spécimens que l’on a repêchés. À part le plancton, la nourriture populaire du requin-baleine inclut de petits poissons, des algues, des céphalopodes (comme le calmar), de la méduse et des crevettes.

Reproduction

Le méthode de reproduction du requin-baleine a été débattu dans le passé. Certains chercheurs croyaient que ce requin était ovovivipare alors que d’autres assument qu’il est plutôt vivipare. C’est demeurer un mystère jusqu’en 1995 lorsque des preuves ont démontré que ce requin donne naissance à un petit vivant. De fait, comme la majorité des autres espèces de requins, le requin-baleine est ovovivipare ; les embryons se développent à l’intérieur de coquilles d’oeufs, mais ils éclosent à l’intérieur de l’utérus. La femelle attrapé en 1995 contenait environ 300 embryons, la plus grande portée jamais enregistré pour une espèce de requin. Ces bébés ne naissent certainement pas géants. Ils font normalement entre 30 et 50 cm (11 à 20 pouces) à la naissance.

Menaces et conservation

Cette espèce ne pose aucune menace pour l’être humain. Malheureusement, l’inverse s’avère être faux. Les pertes de requin-baleine dû à l’activité humaine sont causées principalement par les collisions avec les bâteau et par la pêche. Le plus grand danger est la demande internationale pour les produits dérivés de requin: ailerons, huile de foie (utiliser pour imperméabiliser les bâteau en bois), peau et chaire. Tristement la viande est souvent envoyer aux rebus. Le requin-baleine est aussi victime des pêcheries lorsqu’il se prend par mégarde dans les filets de pêche.

Écotourisme

Le requin-baleine est sans danger et ne craint pas les plongeurs. Alors lorsqu’ils forment de large rassemblement, ils attisent nôtre intérêt. Les expéditions de plonger comme celle à laquelle j’ai prit part ont gagné en popularité durant les 20 dernières années. Ce genre d’écotourisme est à double tranchant; l’accroissement de plongeurs et d’activités de croisière peut interférer avec les requins-baleines. Toutefois, cela s’accompagne aussi d’une augmentation des efforts consacrés à l’étude de ces créatures mystérieuses, ce qui est un aboutissement positif.

Les groupes de conservations comme le WWF travaillent de concert avec les opérateurs de tour afin de sensibiliser les gens au sujet des mouvements du requin-baleine et de promouvoir des pratiques de croisières plus sécuritaires dans le but d’éviter les collisions. À leurs tours, les opérateurs de tour aident à ramasser de l’information durant l’observation de ce poisson. Un intérêt accru signifie qu’il y a eu de nombreux nouveaux repérages de ce requin dans les dernières années. Le résultat est que les scientifiques ont ainsi pu en apprendre beaucoup plus à son sujet. Cette information est cruellement besoin puisque notre connaissance de cette espèce demeure insuffisante. On ne sait toujours pas combien de requin-baleine existe dans le monde. La découverte de l’emplacement de reproduction et d’accouchement continue de nous échapper.

Les gros vertébrés marins comme le requin-baleine nécessite une attention spéciale puisque ceux-ci voyagent si largement autour de la planète. Puisqu’ils traversent la frontière de nombreux pays, les programmes de gestion et de protection de la population doivent être internationale.

Sources

  1. “Whale Shark.” National Geographic, National Geographic, 21 Sept. 2016, www.nationalgeographic.com/animals/fish/w/whale-shark/.

  2. “Whale Shark.” WWF, World Wildlife Fund, www.worldwildlife.org/species/whale-shark.

  3. Britannica, The Editors of Encyclopaedia. “Whale Shark.” Encyclopædia Britannica, Encyclopædia Britannica, Inc., 8 Oct. 2018, www.britannica.com/animal/whale-shark.