Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Alimentation et digestion

Les dinosaures avaient de multiples stratégies pour prendre leur nourriture, puis la digérer et la transformer. Il existe un grand nombre d’éléments permettant de déterminer le mode d’alimentation des dinosaures. Dents, griffes et mâchoires nous indiquent leur préférence en la matière, tandis que les fossiles plus rares ou le contenu de l’estomac a été préservé nous apprennent ce qu’ils mangeaient. Les coprolithes (excréments fossilisés) et les connaissances que nous avons de la faune et de la flore d’alors nous permettront de déterminer quel type de nourriture mangeait tel ou tel dinosaure.

Les carnivores

Les théropodes avaient de longs membres antérieurs aux griffes acérées et recourbées qui leur permettaient d’attraper leur proie et de l’éventrer avec leurs rangées de dents pointues. L’imposant Allosaurus du Jurassique chassait probablement des animaux dix fois plus gros que lui. Il devait sans doute les attaquer en leur tendant des guets-apens, puis les éventrait et les laissait se vider de leur sang. Peut-être aussi mangeait-il les petits des gros sauropodes ou attaquait-il les stégosaures et les Camatosaurus de taille plus modeste. Le squelette des théropodes plus petits, par leur flexibilité, leur donnait une plus grande agilité pour chasser des animaux plus petits qu’eux, ou pour s’attaquer en groupe à de plus grosse proies. Le tyrannosaure aux frêles membres antérieurs était une exception. Il ne s’en servait manifestement pas pour capturer ses proies, mais sa gueule était si grande qu’il pouvait mordre avec plus de force que n’importe quel autre animal connu. Étant aussi le plus gros représentant de son ère géographique, il pouvait s’attaquer à n’importe quelle proie.

Les herbivores

Les plantes qui poussaient au Mésozoïque étaient, pour la plupart, pauvres en éléments nutritifs et difficiles à broyer. Face à ces problèmes, les herbivores avaient recours à diverses stratégies, qui consistaient, pour la grande majorité d’entre eux, à transformer de grandes quantités d’aliments. Les sauropodes arrachaient les plantes et les avalaient sans même les transformer. Du fait qu’ils pouvaient ingérer d’énormes quantités de nourriture, ils devaient la fragmenter pour garder les quelques rares substances nutritives, ce qu’ils faisaient dans un immense préestomac en forme de cuve, ou gésier, ou les aliments étaient réduits en une bouillie à l’aide de cailloux, ou gastrolithes, qui se trouvaient là et qui favorisaient la fragmentation. Les pachycéphalosaures, les ornithopodes et les cératopsiens utilisaient une autre stratégie. Ils se servaient de leurs dents en guise de meule pour broyer la nourriture avant de l’ingurgiter. Ces dents, ainsi mises à contribution, s’usaient rapidement. Mais une fois hors d’usage, elles étaient remplacées. Les ornithischiens poussèrent cette technique à l’extrême en développant des batteries de dents qui fonctionnaient comme un seul disque abrasif et qui poussaient tout au long de leur vie, pouvant se composer de centaines de dents. Les dents avant arrachaient la plante, qui était ensuite broyée par les dents arrière. Les ornithischiens eurent très vite, au cours de leur évolution, un bec pointu à la place de leurs dents avant. Leurs joues empêchaient les aliments de tomber pendant la mastication. On a vu chez plusieurs spécimens des crêtes osseuses autour de la bouche sur lesquelles reposaient probablement les joues.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !
×
Vous recevrez désormais un courriel lorsque de nouveaux articles seront publiés !