Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Dinosaur Provincial Park

Les vastes affleurements du Judith River Group (Crétacé supérieur) couvrent une période comprise entre 77 et 73 millions d’années environ. Ils bordent la Red Deer River, dans la partie centrale du sud de l’Alberta. On y trouve plus de dinosaures entiers que dans n’importe quelle autre partie du monde. En 1955, une zone de 73 km2 de ce territoire a été officiellement délimitée pour former le Dinosaur Provincial Park. La région a été classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, en 1979, pour son état de conservation exceptionnelle, sa diversité et l’abondance des dinosaures et de la faune qui s’y trouvent. Les ravines profondes et les affleurements des rivières du parc résultent de l’érosion liée à la fonte des neiges et des glaces de la dernière glaciation – il y a de 12 000 à 14 000 ans – exposant ainsi une série de couches sédimentaires de 125 m d’épaisseur, de grès, de limons et de boue appelées formation du Dinosaur Park et remontant au Crétacé supérieur. La formation du Dinosaur Park correspond à un estuaire. La présence de nombreux squelettes de dinosaures résulte sans doute d’un entassement de carcasses transportées par flottage et bloquées dans les méandres du fleuve. Des crues gigantesques ont peut-être tué des milliers de dinosaures, comme le suggère l’accumulation de quantités impressionnantes d’os de Centrosaurus. L’origine du Dinosaur Provincial Park remonte à 1909, lorsque le propriétaire d’un ranch, John Wagner, indiqua à l’American Museum of Natural History de New York (AMNH) qu’il pensait avoir des ossements de dinosaures dans sa propriété. L’année suivante, Barnum Brown commença à fouiller la zone. Brown s’était vite rendu compte que les os de dinosaures étaient surtout concentrés dans les roches des rives de la Red Deer River. Il fit alors construire une large barge protégée par une bâche, pour que son équipe puisse descendre la rivière et s’arrêter pour fouiller tout nouveau gisement. À la fin de chaque saison de fouilles, quand le froid arrivait, les chercheurs halaient le radeau sur la rive et stockaient leurs découvertes jusqu’à la saison suivante.

Vers 1912, les frontières du parc furent tracées autour des gisements. Les premières découvertes de Brown furent des squelettes entiers de Gorgosaurus, Corythosaurus, Prosaurolophus, Centrosaurus et Struthiomimus. La famille Sternberg a aussi travaillé dans le parc et trouvé des squelettes d’Albertosaurus et de Chasmosaurus aux impressions de peau délicates, aussi bien que des crânes de Centrosaurus et de Styracosaurus parfaitement préservés. Dans les années suivantes, les recherches continuèrent dans le parc, ce qui permit de trouver plus de 250 squelettes de dinosaures entiers, soit quelque 36 espèces, dont Struthiomimus, Anchiceratops, Lambeosaurus, Dromaeosaurus, Troödon, Gravitholus, Gryposaurus, Brachylophosaurus, Edmontia, Euoplocephalus et Panoplosaurus, ainsi qu’environ 300 fossiles d’animaux et de plantes, parmi lesquels 84 espèces de poissons, grenouilles, salamandres, tortues, lézards, crocodiles, ptérosaures, oiseaux et mammifères. Le Royal Tyrell Museum a établi une base permanente à l’intérieur du parc en 1987, constituant ainsi une station d’études des terrains pour la collecte de nouveaux restes de dinosaures. C’est aussi un centre de loisirs, ou les visiteurs peuvent voir des expositions et trouver des informations sur les découvertes qui ont été faites là. Ces gisements renferment le squelette à cornes du Centrosaurus et celui du Daspletosaurus. Les dinosaures trouvés dans le parc peuvent aujourd’hui être vus et étudiés dans plus de 30 institutions.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !
×
Vous recevrez désormais un courriel lorsque de nouveaux articles seront publiés !