Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

L’évolution des dinosaures

Dinovolution

Les nouvelles croyances populaires et les nouvelles découvertes scientifiques ont radicalement change l’image des dinosaures.

Petit lezard

Notre connaissance des dinosaures est comme un collage de milliers de pièces en mutation constante qui embrassent une période de plus de 150 ans. La recherche se fait toujours dans le contexte de la philosophie et des préjugés de la société de l’époque, et l’étude des dinosaures ne fait pas exception. Quand les chercheurs se sont intéressés aux dinosaures, il y a plus de 150 ans, leur connaissance du monde et de la place des hommes était très différente de celle que nous en avons aujourd’hui.

Les images d'autrefois

Les premières études sur les fossiles de dinosaures datent du début du XIXe siècle, c’est-à-dire bien avant la publication de la théorie de l’évolution de Darwin en 1859. La paléontologue Richard Owen qui inventa le mot « dinosaure » ne croyait certainement pas à cette théorie. Même après la parution de De l’origine des espèces, il demeura un farouche opposant à l’évolutionnisme. Il s’opposa même à l’idée « progressiste », qui se répandit à l’ère victorienne, de la progression, au fil du temps, des formes de vie simples vers des formes plus complexes. Il ne voyait dans les dinosaures qu’une forme plus avancée des reptiles vivant à l’époque. Quand il formula ces idées vers 1840, les seuls éléments de preuve dont il disposait se composaient de quelques ossements et fragments de squelette. Personne n’avait encore découvert de fossile entier et très peu de dinosaures avaient été baptisés. À partir de mes maigres éléments, Owen conclut que tous les dinosaures étaient de grands quadrupèdes rappelant un peu les rhinocéros d’alors. Il ne pouvait imager l’existence des petits dinosaures aux pieds agiles, le Struthiomimus, ni de celle de l’Archaeopteryx qui rappelait les oiseaux, et que les évolutionnistes désignèrent plus tard comme le parfait exemple du « chaînon manquant » annoncé par Darwin. Lorsqu’en 1860, Owen étudia un Archaeopteryx peu de temps après sa découverte, il déclara qu’il s’agissait d’un oiseau, et en aucun cas d’un dinosaure.

Des monstres léthargiques

Les idées victoriennes d’une progression au fil du temps amenèrent un grand nombre de scientifiques du XIXe siècle à considérer que les dinosaures étaient une expérience manquée et qu’ils avaient été remplacés, ainsi que le laissaient supposer les fossiles, par des animaux beaucoup plus « avancés » : les mammifères. Mais les découvertes faites plus tard et le nombre croissant des données fournies par la recherche allaient montrer que le stéréotype du dinosaure monstrueux et léthargique était simpliste et inexact. Aujourd’hui nous savons que les dinosaures étaient des créatures complexes et uniques en leur genre, qui réussirent à dominer la Terre pendant plus de 150 millions d’années.

Le lien entre les dinosaures et les oiseaux

La démonstration que les oiseaux descendent des dinosaures constitue pour certains biologistes la plus grande avancée de la paléontologie. C'est l'anatomiste anglais T.H. Huxley qui a observé le premier cette ressemblance, vers 1860, et pour lui, la découverte de l'Archaeopteryx, mi-oiseau, mi-dinosaure, sera la preuve évidente du lien entre les dinosaures et les oiseaux. Mais au début du XXe siècle, cette idée n'était plus en vogue. C'est seulement en 1969 que John Ostrom a décrit le Deinonychus avec de nombreuses caractéristiques rappelant les oiseaux. Depuis une quantité de "dinosaures-oiseaux" ont été découverts, notamment en Chine, et la théorie selon laquelle les oiseaux sont des "dinosaures vivants" est aujourd'hui largement acceptée. L'image des dinosaures allait se trouver transformée. Les reconstitutions actuelles les montrent souvent comme des animaux actifs à sang chaud et recouverts de plumes, tout comme leurs descendants.

La recherche actuelle

À mesure que d’autres éléments de preuves se feront jour, des représentations nouvelles des dinosaures remettront en cause la vision actuelle que nous en avons. Il nous reste encore beaucoup à apprendre, comme le prouve le débat qui oppose aujourd’hui les scientifiques pour savoir si les dinosaures étaient à sang chaud ou à sang froid, et l’énigme non résolue de leur disparition. La découverte d’un seul spécimen inédit peut changer radicalement nos théories sur les dinosaures. Ce spécimen présentera peut-être une caractéristique anatomique encore jamais vue dans aucune famille de dinosaures et révélera ainsi l’existence d’une nouvelle espèce d’un genre déjà connu ou d’un spécimen encore totalement inconnu. Nul ne peut affirmer que tout a été dit sur telle ou telle espèce de dinosaures. À la fin du XXIe siècle, bon nombre de nos idées sur les dinosaures paraîtront sans doute aussi étranges et aussi archaïques que celles qu’avançaient les scientifiques et les passionnés au siècle précédent.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !
×
Vous recevrez désormais un courriel lorsque de nouveaux articles seront publiés !