Flaming Cliffs - Mongolie
Flaming Cliffs
Ce célèbre site fut découvert en 1922, au fin fond de la Mongolie préaltaïque, par la non moins célèbre Central Asiatic Expedition, dans le désert de Gobi. Celle-ci était conduite par le Dr Roy Chapman Andrews de l’American Museum of Natural History (AMNH). Alors que l’expédition s’était perdue et qu’Andrews était allé demander son chemin aux autochtones, le photographe de l’expédition, J.B. Schackelford, décida de prendre quelques clichés. C’est en se tenant au sommet d’une falaise qu’il remarqua des fossiles en son pied. Il alerta immédiatement ses collègues et dès la fin de la journée, ils avaient mis au jour le tout premier nid de dinosaures, ainsi qu’un crâne de Protoceratops. L’expédition ne disposait que de peu de temps pour les fouilles, mais ils revinrent en 1923 et découvrirent un nid et la couvée complète de ce qu’ils pensaient être des Protoceratops. Il s’agissait en fait d’Oviraptor, mais aussi de squelettes de théropodes Velociraptor, Sinornithoides et Oviraptor, d’un ankylosaure, le Pinacosaurus, et de nombreux restes de Protoceratops. L’expédition rebaptisa Flaming Cliffs la partie supérieure d’un escarpement de grès d’environ 10 km, nommé Bayn Dzak et datant de la fin du Jurassique. Ces roches font partie de la formation de Djadokhta et sont composées pour la plupart de dunes mal consolidées et de dépôts alluviaux du Campanien (il y a environ de 82 à 72 millions d’années). Bayn Dzak sert désormais de stratotype géologique pour la formation de Djadokhta. En 1948, une expédition russe s’y rendit et de 1963 à 1973, des équipes polonaises et mongoles conduites par le Pr Zofia Kielan-Jaworowska y firent de fréquentes visites. En 1965, l’une de ces équipes, composée de 23 participants, mit au jour un nid de Pinacosaurus, rempli de petits squelettes et d’œufs. Les expéditions suivantes se concentrèrent sur la faune des petits vertébrés de Bayn Dzak et découvrirent un grand nombre de lézards, de crocodiles et petits mammifères. On compte aussi parmi les découverts faites à Djadokhta, des squelettes complets, en position debout, de Protoceratops, ce qui peut signifier qu’ils furent ensevelis par des glissements de terrain. La plus importante découverte faite dans cette région remonte à 1971 sur le site de Toogreeg, à 30 km de Bayn Dzak. Il s’agit de deux squelettes complets de dinosaures entremêlés, les membres supérieurs d’un Velociraptor étant profondément entrés dans le crâne d’un Protoceratops, ce qui suggère qu’ils devaient se battre lorsqu’ils furent ensevelis. Depuis 1990, des expéditions conduites par les Dr Mike Norell et Mark Norell de l’AMNH, ont exploré les roches de la formation de Djadokhta et ont fait de nombreuses découvertes sur de nouveaux sites comme celui de Ukhaa Tolgod découvert en 1993. Elles se composent notamment des premiers squelettes articulés d’oviraptoridés en train de couver leurs œufs, dont certains contenaient aussi les fossiles d’embryons. La géologie du site suggère que ces animaux devaient vivre dans une zone chaude et aride, ou les pluies étaient sporadiques. Les animaux ayant été ensevelis par des tempêtes de sable et de poussière, on a parfois l’impression de se trouver face à de véritables instantanés de cette époque. Ukhaa Tolgod est, à en croire le Dr Mark Norell, le site du Crétacé le plus riche d’Asie, si ce n’est du monde, tant il contient de fossiles de vertébrés.

Newsletter !

Enigmes Mysteres Citation Amour Love Quotes