Hell Creek - Montana, États-Unis
Hell Creek
Le site de Las Hoyas en Espagne se trouve dans les montagnes de la province de Cuenca. Il s’agit d’un ancien lac ou l’on a trouvé quelques-uns des fossiles les mieux conservés au monde, aussi bien des oiseaux que des dinosaures atypiques, des plantes, des amphibiens, des reptiles, des insectes et des crustacés. Le site a été découvert à la fin des années 1980, et la première publication détaillant sa faune fut éditée en 1988. Les dépôts calcaires se trouvent au sein de la formation de la Huerguina et datent du Barrénien, au Crétacé inférieur (il y a à peu près 117-114 millions d’années). Les fossiles ont été découverts dans deux types d’environnements distincts, un ancien lac et les couches sédimentaires se trouvant en bordure. On n’a collecté que peu de vestiges dans les sédiments détritiques de la formation, mais ils se révélèrent essentiels pour notre compréhension de la faune et de la flore de la région. Les dépôts du lac sont constitués de calcaire finement grainé, ce qui indique que les corps qui s’y sont échoués ont dû être rapidement ensevelis, leurs organes restant ainsi protégés. Ce type de préservation laisse apparaître les plumes des oiseaux ou le contour de certains tissus chez les autres animaux. Ainsi, on a retrouvé l’empreinte de la peau de reptiles ou le contour de la corne entourant les griffes qu’ils avaient à la patte. De plus, il est très facile de sortir les os fossilisés de ce type de calcaire, au moyen de solutions faiblement acides. Cette technique a d’ailleurs été utilisée pour extraire quelques-uns des plus beaux spécimens d’oiseaux ou pour un dinosaure, le Pelecanimimus, après que ceux-ci aient été placés dans un bain de résine époxydique. Des milliers d’oiseaux fossilisés très bien conservés sont sortis des roches de Las Hoyas. Ils appartiennent à trois genres : Concornis, Iberomesornis et Eoalulavis. Iberomesornis est le plus primitif des trois (au regard de la structure de ses membres inférieurs) et il a quelques similitudes avec l’Archaeopteryx découvert dans les roches du Jurassique supérieur en Allemagne. Eoalulavis et Concornis appartiennent au groupe des énantiornithines, ou véritables oiseaux, même s’ils se situent à la base de leur pyramide évolutive. Eoalulavis est très intéressant, car il possède une alule (c’est-à-dire quelques plumes fixées au pouce), nécessaire pour le contrôle de vol et la variation de la vitesse, et qui s’avère cruciale pour le décollage et l’atterrissage. Seuls trois dinosaures ont été trouvés à Las Hoyas. Quelques os de l’ornithopode Iguanodon et ceux d’un sauropode encore inconnu ont été découverts dans les sédiments détritiques de la rivère et un squelette incomplet mais superbement conservé d’un ornithomimosaure primitif, le Pelecanimimus fut extrait des sédiments du lac. Pelecanimimus, qui mesurait de 2 m à 2,5 m de long, présente les empreintes de la peau, les fibres tégumentaire et la corne des griffes sur les pattes. Son crâne est très primitif comme l’indique le grand nombre de dents (environ 220). On pense en fait que les ornithomimosaures ne perdaient pas leurs dents, mais au contraire que des plus petites poussaient peu à peu sur les côtés du bec. Celui-ci était trop fin et fragile pour permettre à l’animal de trancher et il devait s’en servir pour se nourrir par filtration. Las Hoyas, tout comme le site de Liaoning en Chine, a joué un rôle capital pour la compréhension de la transition des dinosaures vers les oiseaux. Les fouilles menées, à l’heure actuelle, sous la direction du Dr José Sanz, nous apporteront, à n’en pas douter, de nouveaux fossiles.

Newsletter !

Enigmes Mysteres Citation Amour Love Quotes