Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

Hellcreek

Les gisements de Hell Creek correspondent à une série de dépôts fluviaux du Crétacé supérieur remontant à 70 et 65 millions d’années (l’étape maastrichtienne supérieure) – les dernières années de l’âge des dinosaures. En 1902, Barnum Brown, de l’American Museum of Natural History (AMNH), a été le premier à entreprendre des fouilles à Hell Creek, dans une série sédimentaire de grès, de limons et de boue de près de 140 m d’épaisseur, connue aujourd’hui sous le nom des formation de Hell Creek. Ces affleurements sont protégés dans le Parc d’État de Hell Creek, situé au nord de Jordan, dans le Montana. En 1902, Brown y découvrit le premier squelette incomplet de Tyrannosaurus, et en 1908 il en trouva un autre pratiquement complet, ainsi que le premier crâne de Triceratops de la région. Depuis lors, la formation de Hell Creek a été fouillée par de nombreuses équipes et a produit énormément de dinosaures fossilisés, dont les Torosaurus, Edmontosaurus, Stygimoloch, Pachycephalosaurus, Stegoceras, Albertosaurus, Aublysodon, Ornithomimus, Troödon et Ankylosaurus. Le pachycéphalosaure Stygimoloch a été nommé en s’inspirant du site de Hell Creek, la signification littérale du nom étant « rivière de l’enfer ». Bien que beaucoup d’espèces de dinosaures soient présentes ici, elles sont rarement réparties sur plusieurs strates. La plupart des dinosaures de Hell Creek sont de petite taille, ce qui laisse à penser que la région était densément boisée. En plus des dinosaures, on trouve à Hell Creek des restes de différents types de tortues, de lézards géants et de mammifères arboricoles. La région de Hell Creek présente aussi un intérêt scientifique particulier, les derniers mètres des couches supérieures de ses roches sédimentaires remontant probablement au Paléocène (l’étape la plus ancienne de l’ère cénozoïque).

De fortes concentrations d’iridium (élément présent en abondance dans les météorites) ont été observées ici. On y a vu la preuve de l’impact d’une météorite géante à la fin du Crétacé, un événement qui pourrait être la cause principale de l’extinction des dinosaures. Néanmoins, la présence de restes de dinosaures dans les dépôts du Paléocène à Hell Creek a conduit les paléontologues à penser que certains dinosaures auraient pu survivre à l’impact et rester en vie, pour quelque temps encore, au début du Paléocène. Cependant, d’autres interprètent la présence de ces vestiges comme la persistance de traces du Crétacé dans les couches du Paléocène, à la suite de l’érosion des dépôts crétacés. Les gisements de Hell Creek ont produit plus de 190 espèces de plantes fossiles, et la microflore (principalement des pollens et des spores) suggère que 300 espèces différentes de plantes ont pu pousser dans la zone inondable et son environnement montagneux. Dans les conditions arides subtropicales qui prédominaient là, le paysage était sans doute dominé par les plantes à fleurs. Beaucoup des dinosaures de Hell Creek ont rejoint la collection du Museum of Natural History de Denver, ou des squelettes de Tyrannosaurus et d’Edmontosaurus sont exposés, le second montrant la trace fossilisée d’une évidente blessure infligée par le premier.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !
×
Vous recevrez désormais un courriel lorsque de nouveaux articles seront publiés !