Bienvenue!

Bienvenue sur les-dinosaures.fr ! Nous sommes le meilleur site francophone en matière de dinosaure et nous fournissons de l'information d'actualité.

À sang chaud ou froid ?

Il y a peu de temps encore, il était généralement admis que les dinosaures, comme les reptiles actuels, étaient des animaux à sang froid. De récentes recherches ont jeté le doute sur cette hypothèse. L’une des questions les plus discutées par les scientifiques, ces derniers temps, à propos des dinosaures, est de savoir si ces derniers étaient des créatures à sang froid, comme on le dit depuis longtemps, ou à sang chaud. Ce débat a soulevé des questions importantes sur la physiologie des dinosaures. Il se peut que nous ne trouvions jamais la réponse, pour la simple raison que la température du corps, contrairement aux os, ne se fossilise pas. Nous pouvons néanmoins faire certaines déductions en étudiant les données fournies par les fossiles et en utilisant notre connaissance des créatures vivantes. En réalité, la question n’est pas de savoir si les dinosaures étaient à sang « chaud » ou « froid » , car ces termes sont trompeurs. Par temps chaud, par exemple, la température sanguine peut être plus élevée chez un animal à sang froid comme le crocodile, que chez un mammifère à sang chaud de même taille. La vraie question est la suivante : les dinosaures étaient-ils capables de maintenir une température interne constante, comme les oiseaux et les mammifères, ou bien est-ce que leur température interne fluctuait en fonction de leur environnement, comme chez les lézards, les serpents et les crocodiles ? L’homéothermie présente des avantages et des inconvénients. Le principal avantage pour l’animal, c’est qu’il est toujours prêt à agir, de jour comme de nuit, par temps chaud ou par temps froid. Cela signifie qu’il est capable d’exploiter son habitat et d’endurer des conditions (telles que la température nocturne proche de 0) que ne supporterait pas un animal à température variable. Le principal inconvénient de l’homéothermie, c’est qu’elle fait consommer beaucoup d’énergie à l’animal, qui doit donc manger davantage. Un lion qui est homéotherme, et donc à sang chaud, doit manger par exemple environ dix fois plus qu’un crocodile endotherme, et donc à sang froid, de même taille. Certains éléments portent à croire que les dinosaures avaient une physiologie variable : certains étaient à sang chaud et d’autres à sang froid.

Les théropodes

Le fait que les théropodes étaient les ancêtres des oiseaux, animaux à sang chaud, a permis à certains chercheurs de penser qu’ils étaient à sang chaud. De plus, les récentes découvertes faites en Chine ont montré que les petits théropodes avaient un revêtement pileux, ou même des plumes qui devaient les aider à ne pas se refroidir. Les théropodes de plus petites tailles qui pesaient moins de 100 kg devaient ainsi pouvoir rester actifs pour chasser. Certains d’entre eux, comme les dromaeosauridés et les troödontidés, étaient pourvus de griffes acérées, qui sont généralement plus associées aux créatures actives à sang chaud qu’aux créatures peu énergiques à sang froid. Autre argument : la découverte de petits théropodes et ornithopodes dans des endroits situés sous de hautes latitudes comme le Dinosaur Cove de Victoria, en Australie, ou les températures de l’hiver mésozoïque descendaient au-dessous de 0 C. Aujourd’hui, ce genre d’environnement est le domaine des animaux à sang chaud. Mais peut-être ne convient-il pas d’établir des analogies entre le présent et le passé. Des vestiges d’autres animaux à sang froid du Crétacé comme les crocodiles et les gros amphibiens ont également été trouvés dans ces sites.

Comparaison avec les crocodiles

Les récentes études faites sur la température interne des crocodiles pourront peut-être résoudre le problème de la régulation thermique chez les dinosaures de grande taille. La température interne des crocodiles s’abaisse plus lentement à mesure qu’ils grandissent. En d’autres termes, la masse grandissante de l’animal sert à conserver la chaleur à l’intérieur du corps. Un spécimen de 5 t aurait donc une température interne constante par le simple fait d’être gros. Si un tel système s’appliquait aux dinosaures, les plus gros auraient alors été obligés d’évacuer la chaleur fournie par l’extérieur ou générée par le mouvement et par la digestion. Les longs cous et les longues queues jouaient peut-être un rôle en augmentant la surface relative à la masse de l’animal. Plaques, pointes et ailes contribuaient peut-être elles aussi à la régulation de la température interne. Cela expliquerait la fonction des plaques des stégosaures ou des ailes du Spinosaurus et de l’Ouranosaurus.

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !
×
Vous recevrez désormais un courriel lorsque de nouveaux articles seront publiés !