Barre de chronologie
Fleur du crétacé
LES PLANTES À FLEURS firent leur apparation au Crétacé. Les dinosaures herbivores qui se nourrissaient de conifères et de cycas créèrent des espaces propices au développement de ces plantes.
Le globe du Crétacé
LA DISLOCATION CONTINUE des masses continentales (ci-dessous) au Crétacé engendra une plus grande diversification des espèces. Les sites de dinosaures du Crétacé (ci-contre) sont plus nombreux que ceux des autres périodes.

LES DINOSAURES DU JURASSIQUE

Au Jurassique, les conditions sont propices à l'expansion des reptiles, et de nombreuses espèces de dinosaures font leur apparition. À la fin de cette période, des différences marquées commencent à se développer entre les espèces des continents Nord et Sud. Mais le Jurassique supérieur est avant tout l'époque des sauropodes géants, dont la diversité est parvenue à sont point culminant. D'autres groupes de dinosaures herbivores, notamment les ornithopodes et les stégosaures, sont aussi représentés. Les théropodes continuent eux aussi à se diversifier. Mais il y a tout lieu de penser que leurs vestiges fossiles ne rendent pas vraiment compte de leur diversité et de leur nombre.
Paysage du Jurassique
LES PAYSAGES DU JURASSIQUE étaient beaucoup moins arides qu'au Trias, grâce à un climat généralement plus chaud et plus humide. Les forêts se développaient et les groupes de plantes présents au Trias se diversifiaient énormément.
Le globe du Jurassique
AU COURS DU JURASSIQUE, la Pangée se disloqua lentement pour former deux continents : la Laurassie au nord et le Gondwana au sud. Ci-contre : les sites ou furent découverts des fossiles de dinosaures du Jurassique
Le paysage du Triasique
LE PAYSAGE DU TRIASIQUE était essentiellement aride, mais il y avait des poches de végétation abondante (conifères, ginkgos, fougères et cycas), surtout près des océans, ou la vie végétale était florissante.
Le globe du Triasique
LE SUPERCONTINENT de la Pangée (ci-dessus) était l'unique masse continentale du Trias, mais les forces qui allaient le disloquer étaient déjà à l'oeuvre. Ci-contre : sites ou ont été découverts des vestiges de dinosaure du Trias.
Le Crétacé
Le Crétacé, dont le début remonte à 135 millions d'années et qui a duré 70 millions d'années, est une transition temporelle entre le Mésozoïque inférieur et le Cénozoïque, l'âge des mammifères.
Au début du Crétacé, la Terre commençait à présenter un grand nombre des caractéristiques que nous lui connaissons aujourd'hui. À mesure que les continents divergeaient, des groupes d'animaux et de plantes revêtaient des caractéristiques de plus en plus liées à la région. La fragmentation des masses continentales avait aussi un effet sur le climat. Sur tout le globe, les climats devenaient peu à peu plus saisonniers, et les variations annuelles des pluies et de la température s'accentuaient lentement.

LES PREMIÈRES FLEURS

Le changement biotique le plus significatif du Crétacé fut l'apparition des plantes à fleurs. Cellec-ci apparurent dès le Crétacé inférieur et leur nombre était plus important dans les régions ou les conifères et les cycas, qui prédominaient jusqu'alors, avaient disparu. À la fin du Crétacé, il y avait une grande diversité de plantes à fleurs et certains groupes qui nous sont familiers, comme les nénuphars, les magnolias et les sycomores, avaient fait leur apparition. Mais il n'y avait toujours pas d'herbes - elles n'apparaîtraient qu'au Cénozoïque. L'arrivée des plantes à fleurs eut un effet en cascade sur tous les autres groupes d'organismes. Les faits montrent que des relations mutuelles complexes existaient entre les plantes et les insectes au début du Crétacé. Certains d'entre eux, commes les abeilles, dépendaient des plantes pour se nourrir, tandis que les plantes avaient besoin des insectes pour la pollinisation.

LA DIVERSITÉ DES DINOSAURES

Il y eut aussi une évolution importante chez les dinosaures herbivores de certaines régions. Si les sauropodes à long cou étaient toujours aussi divers au début du Crétacé, leur nombre alla en déclinant par la suite. Au Crétacé supérieur, c'était les ornithopodes et les cératopsiens qui prédominaient sur les continents situés au nord. Les cératopsiens, dinosaures à corne, furent parmi les derniers groupes à évoluer. Certains scientifiques pensent que ces changements chez les dinosaures et leur diversité croissante étaient dus à la multiplication des plantes à fleurs.

OCÉANS FLUCTUANTS

Le niveau de la mer monta et baissa plusieurs fois dans la seconde moitié du Crétacé. L'Amérique du Nord était coupée en deux par une mer aux eaux peu profondes qui allait de l'actuelle baie de l'Hudson jusqu'au golfe du Mexique. L'ouest de l'Amérique du Nord était relié à l'Asie orientale, et certains dinosaures (cératopsiens, tyrannosauridés et pachycéphalosauridés) ne se rencontraient que dans ces régions. Les masses actuelles de l'Amérique latine, de l'Antarctique, de Madagascar et de l'Inde étaient alors sans doute étroitement reliées et avaient toutes plusieurs groupes uniques de dinosaures en commun. On sait que les dinosaures existaient aussi en Australie au Crétacé. Ce pays était alors beaucoup plus proche du pôle Sud qu'il ne l'est à présent et aurait connu de longues périodes d'obscurité comme aujourd'hui en Arctique. Certains dinosaures australiens du Crétacé, et particulièrement le Leaellynasaura, avaient des orbites hypertrophiées qui donnent à penser qu'ils avaient de grands yeux spécialement adaptés à la vision nocturne.

CATACLYSME

À la fin du Crétacé, la Terre connut de grands changements qui allaient avoir un impact dramatique sur la planète. Le niveau des océans baissait et partout les températures descendaient. Certaines régions connaissaient une intense activité volcanique. Mais surtout, un astéroïde ou une comète de grande taille vint heurter la Terre. Pris individuellement ou non, tous ces phénomènes ont peut-être joué un rôle dans l'extinction, à la fin du Crétacé, de plus de la moitié de la faune, y compris les dinosaures du Mésozoïque.
Le Jurassique
Tout au long du Jurassique, des changements engendrèrent une plus grande diversité dans les paysages, la faune et la flore.
Ces changements furent très progressifs. Au Jurassique inférieur, le monde était le même qu'au Trias supérieur. Les scientifiques ne font en réalité aucune distinction entre les deux, comme s'ils ne faisaient qu'un. Le climat était encore généralement chaud et aride, surtout près de l'équater, et les animaux terrestres ne se différenciaient guère d'une région à l'autre.

DÉRIVE DES CONTINENTS

Le changement cependant était en marche. À la fin du Trias supérieur commençait la lente et inexorable dislocation de la Pangée. L'océan Atlantique prenait naissance, alors que l'Amérique du Nord se séparait de l'Europe et de l'Afrique. Si vous allez visiter le Parc des dinosaures du Connecticut, aux États-Unis, vous pourrez voir des milliers d'empreintes de pas laissées par des dinosaures qui vivaient dans une vallée secondaire de ce qui deviendrait ensuite l'océan Atlantique. À la fin du Jurassique, nous assistons à la séparation non seulement des Amériques et de l'Ancien Monde, mais aussi du monde austral et du monde septentrional. Ce qui deviendrait plus tard les continents du Sud - Amérique latine, Australie, Afrique, Antarctique et Inde - devait rester attaché pendant une grande partie du Crétacé, formant ce que l'on appelle le Gondwana ; la partie septentrionale de l'ancienne Pangée a pour nom la Laurassie.

EXPANSIONS DES OCÉANS

Les scientifiques pensent qu'il n'y avait pas de glace aux pôles pendant tout le Jurassique. Il est aussi probable que pendant les périodes d'intensification de l'activité tectonique, il se soit produit une légère expansion de certaines portions de la croûte océanique. L'absence de glace a accru le volume des océans, laquelle, avec l'expansion du plancher océanique, s'est dispersée encore plus loin. Le niveau des océans a ainsi monté au cours du Jurassique recouvrant des portions des continents. La fragmentation des continents causée par l'activité tectonique s'est alors intensifiée. Aujourd'hui, des étendues d'eau séparent ce qui était autrefois des bandes de terre continues.

CHALEUR ET HUMIDITÉ

Bien que légèrement moins chaud qu'au Trias, le climat était uniformément chaud au Jurassique. Les saisons au Jurassique, contrairement à celles du Trias, n'étaient sans doute que peu variables. Après le Jurassique inférieur toutefois, les différences climatiques s'accentuèrent, et ce, en grande partie à cause de la fragmentation accrue des masses continentales. Il faisait chaud partout, mais certaines régions, recevant plus de pluie que d'autres, devinrent plus humides. Les plantes à fleurs étaient probablement toujours inconnues au Jurassique. Même si certains éléments font penser que le groupe comprenant ces plantes était présent, celles-ci n'ont fleuri apparemment qu'au Crétacé supérieur. Les forêts prospéraient sous le climat chaud et humide. Conifères à aiguilles, cycas, fougères arborescentes et ginkgos prédominaient toujours.
Le Trias
Les premiers dinosaures sont apparus vers la fin du Trias, il y a à peu près 228 millions d'années.
L'environnement dans lequel vivaient les premiers dinosaures serait méconnaissable pour nous. C'était un monde formé d'une seule masse continentale, avec des paysages arides et des forêts sans la moindre fleur. À un bout comme à l'autre de ce continent, les animaux se ressemblaient plus ou moins parce qu'il n'y avaitt pas d'océan pour les arrêter. Mais à la fin du Trias, de nombreuses caractéristiques du monde actuel étaient déjà en place : des forces souterraines écartelaient le supercontinent, et des espèces animales et végétales plus familières faisaient leur apparatition. Ici et là, animaux et végétaux se transformaient dans le même temps. À la fin du Mésozoïque, le monde aurait l'aspect de celui d'aujourd'hui, mais ce qui ferait sa "modernité" allait commencer en partie à la période triasique. Depuis les années 1960, la tectonique des plaques est l'une des théories dominantes en géologie. Selon cette théorie, la croûte terrestre se divise en plaques rigides constamment en mouvement qui "flottent" sur les couches plus malléables du manteau terrestre. L'interaction de ces plaques engendre une intense activité - séismes, soulèvements des montagnes et éruptions volcaniques. Ce phénomène de mouvement constant des continents a pour nom la dérive des continents.

PANGÉE, LE SUPERCONTINENT

Toutes les masses continentales se rejoignirent à différentes périodes. L'une d'entre elles se situe entre le Paléozoïque et le Mésozoïque, ou les continents actuels formaient une seule masse : la Pangée. Elle se composait au nord de l'Amérique du Nord, de l'Europe et d'une grande partie de l'Asie, et au sud, de l'Amérique latine, de l'Australie, de l'Afrique, de l'Inde et de l'Antarctique. Au début du Trias, le supercontinent s'étendait du pôle Sud jusqu'au milieu de l'hémisphère Nord, avant de dériver progressivement vers le nord. À la fin du Trias, il se trouvait de part et d'autre de l'équateur, ce qui entraîna un changement des climats qui devinrent peu à peu plus secs et plus chauds. Les scientifiques sont d'accord pour dire que, d'une façon générale, les climats étaient saisonniers durant la seconde moitié du Trias, avec des cycles alternés chaud/froid et humide/sec. À l'échelle mondiale, le climat était probablement plus chaud et plus sec qu'aujourd'hui, avec une large ceinture aride au centre de la Pangée, et une plus forte humidité vers les extrêmités nord et sud. De nombreuses roches du Trias supérieur viennent d'anciennes dunes de sable et leur couleur ocre est due à l'oxyde de fer qui, selon certains paléo-climatologues, est un signe d'aridité. Les évaporites (roches formées par l'évaporation d'eau salée) étaient courantes au Trias supérieur.

LA VÉGÉTATION

Il y avait des arbres avec des feuilles en forme d'aiguille et des araucarias, parfois très grands. Des vestiges de ces forêts de conifères se trouvent dans le Petrified Forest National Park en Arizona. Les fougères, y comprit des fougères arborescentes, étaient aussi courantes que variées. Il y avait aussi beaucoup de cycas - arbres à feuilles épaisses à port de palmier. En revanche, les plantes à fleurs étaient inconnues.

LA FAUNE

La rencontre de deux continents provoque le soulèvement de grandes chaînes de montagnes, ce qui arrive encore aujourd'hui dans l'Himalaya ou l'Inde converge vers le reste de l'Asie. Cela s'est aussi produit à la naissance de la Pangée, mais à l'époque ou les dinosaures sont apparus, ces montagnes étaient déjà érodées, si bien qu'en plus d'un climat à peu près uniforme, il n'y avait pas grand-chose pour les empêcher de se disperser. La faune était très variée au Trias supérieur. Il y avait des troupeaux de petits dinosaures, généralement bipèdes, ainsi que les premiers représentant des mammifères, de petites tailles, et des crocodiles aux allures de loups reptiliens. Par les animaux aquatiques, on trouvait des espèces ressemblant à des crocodiles, dont des amphibiens géants et des parents éloignés du crocodile. Avec la fragmentation progressive de la Pangée au Mésozoïque, de nouvelles formes de vie animale allaient faire leur apparition.

Newsletter !

Enigmes Mysteres Citation Amour Love Quotes